Aquí se queda la clara...

Publié le par nuloyjora.over-blog.com

 

Après les lumières d'Uyuni, nous nous sommes engouffrés dans les ténèbres de Potosí.

 CIMG5964

C'est le royaume du Tío depuis que tous les Indiens esclaves de la mine ont été évangélisés...

 

CIMG5974Les mineurs craignent cette représentation du diable et lui font toutes sortes d'offrandes (alcool, cigarettes, coca, foetus de llama !) pour calmer ses ardeurs, prévenir les accidents et attirer la chance...

 

Une de ses métamorphoses est le serpent : à l'arrivée des Espagnols, les Qeshwa s'imaginaient leurs esprits malins prennant forme de serpent pour déplacer de montagne en montagne les gisements d'or et d'argent afin que les conquistadores ne mettent pas la main dessus.

 

Depuis, le mineur qui rêve de serpents court à la mine car un tel songe est présage de bonnes trouvailles.

 CIMG5944

 

Autre chose qui le motive, c'est qu'il travaille pour son propre compte depuis la reprise de l'exploitation du Cerro Rico dans les années 1980. Celle-ci avait cessé quand les Espagnols en eurent puisé tout l'argent.

CIMG5977

 

 

 

 

 

À présent, on en extrait du plomb, de l'étain, ainsi qu'un mélange de zinc et d'argent qu'il est désormais possible de séparer.

 

 

Les 250 mines qui datent de la colonisation sont aujourd'hui exploitées par 35 coopératives regroupant 12 000 mineurs qui travaillent avec des moyens presque identiques à ceux de leurs ancêtres esclaves.

 CIMG5950

 

CIMG5981Potosí, ville minière, nous a semblé très populaire et agréable à vivre bien que les siècles passés de servitude soient encore tabous. Tout le métal que l'Europe s'appropriait avec avidité aurait nécessité, pour son extraction, son équivalent en ossements d'esclaves.

 CIMG6004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG5935Au moment de notre passage, les mineurs des entreprises privées étrangères manifestaient (à grand renfort de camions-citernes) pour des augmentations de salaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Nous avons poursuivi notre route sur celle d'une autre légende, les derniers mois de la vie d'Ernesto "che" Guevara.

 CIMG6195

Ce révolutionnaire internationaliste voulait libérer l'Amérique Latine de l'emprise des Etats-Unis en commençant par Cuba,  puis la Bolivie pour sa position stratégique.

 

CIMG6174Malgré le travail préparatoire de Régis Debray et ses compagnons, ces guerrilleros (et guerrillera, "Tania") ont perdu l'appui du Parti Communiste Bolivien et n'ont pas obtenu suffisament de soutien de la population locale...

 CIMG6146

 

 

 

 

 

 

 

 

Le "Che" et ses camarades furent traqués d'avril à octobre 1967 par un groupe de l'armée bolivienne entraîné par des officiers étatsuniens, tandis que la C.I.A. promettait une très forte récompense à qui les dénoncerait.

 

Coincés dans leurs retranchements, ils n'ont parcouru qu'un périmètre ridicule de la forêt tropicale sud-bolivienne, entre Sucre et Santa Cruz, et n'ont eu qu'une maigre victoire de courte durée : la prise de Samaipata (6 000 habitants). CIMG6178

 

Finalement, le groupe commandé par le "Che" est dénoncé par un paysan de la Higuera le 8 octobre 1967 à l'aube.

 

S'ensuit le dernier combat du "Che" à la quebrada del Churo, au cours duquel il est arrêté avec deux de ses compagnons.

 CIMG6240

CIMG6304Conduits à l'école de la Higuera, ils y passent la nuit avant d'être sommairement éxécutés le lendemain en présence d'un général bolivien et d'un agent de la C.I.A.

 

 

 

 

CIMG6353C'est peu dire que ça nous a fait froid dans le dos de voir défiler l'armée bolivienne pour les 399 ans de la fondation de Vallegrande, dans cette région qui de surcroît est séparatiste en raison de son abondance en gaz et pétrole.

 

 

 CIMG6170

Pour nous, en cette période humide, il a été difficile de parcourir les 60 km séparant Vallegrande de la Higuera, surtout dans un camion rempli de personnes et de marchandises, s'embourbant souvent...

 

CIMG6217Au bout de 7 heures de route à côté d'une mule, nous avons été déchargés sur la jolie petite place de la Higuera regorgeant d'hommages au "Che".

 

CIMG6292Après une promenade champêtre et la visite très instructive du musée, nous avons passé la nuit dans l'auberge communale de ce hameau abritant également une équipe de médecins cubains, et sommes repartis le lendemain pleins d'émotion.

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6281

"...Así sea : que la libertad sea conquistada en cada rincón de América..."

 

CIMG6320

Publié dans Bolivia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> Qué bel album aussi que celui de Libertad, vos belles bouilles d'explorateurs-miniers, les petites Cagettes(.!.), le parfum de liberté porté par Ernesto et les oiseaux... Gracias ! Y besos dulces !<br /> Catalina<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> Cette commémoration des derniers jours du " Che " va beaucoup intéresser Valentin et Caroline, j'ai hâte de découvrir votre carnet de voyage.<br /> Take care and always be careful !<br /> Papa olivier<br /> <br /> <br />
Répondre