Les talents cachés de la pachamama

Publié le par nuloyjora.over-blog.com

CIMG5321Nous aurions pu arriver en train à Uyuni, mais leur état laissait à désirer... CIMG5335

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces carcasses rongées par le sel du Salar témoignent d'un passé industriel glorieux mais révolu.

 

 

Les provinces d'Uyuni et du Lipez forment la pointe Sud-Ouest de la Bolivie, zone frontalière avec l'Argentine et le Chili.

  CIMG5504

 

 

CIMG5872C'est une région semi-désertique dont les ressources principales sont l'élevage de llamas, l'extraction de minerais et le tourisme. CIMG5601

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce dernier élément se comprend aisément à la vue des trésors que nous avons eu la chance d'approcher.

  CIMG5793

 

Au moment de la formation de la cordillère andine, les montagnes de l'Altiplano ont enfermé un bras de mer qui, en s'évaporant, n'a laissé qu'un désert de sel.

  CIMG5435

CIMG5397

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette étendue blanche de 12 000 km2 est entièrement recouverte de plusieurs centimètres d'eau pendant la saison des pluies, ce qui nous a plongés dans un décor surréaliste.

  CIMG5459

 

CIMG5460Extrait en blocs, le sel permet de construire des maisons tandis que gratté il sert pour l'alimentation.

 

Ces effets de miroir fantastiques nous confondaient entre l'impression de flotter et celle de voler. CIMG5424

 

 

 

 

 

 

 

Quelques centaines de kilomètres plus tard, il n'y avait pas de doute, dans ce décor tout aussi surréaliste, ces drôles de bêtes roses volaient bel et bien ! P1280532

  CIMG5630

Le flamenco andino choisit les lacs salés du désert de Siloli (4600 m) pour se reproduire tout en se gavant de plancton pendant la saison des pluies. CIMG5687

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quand la glace s'empare des eaux, il s'envole vers la côte pacifique.

  CIMG5636

 

D'heure en heure, la palette de couleurs naturelles ne cessait de s'élargir ; et nos yeux n'étaient pas seulement éblouis par le soleil brûlant du désert.

  CIMG5673

 

 

CIMG5443

 

 

 

 

  Une simple gamme de couleurs

s'étire ici à l'infini...

 

 

 

 CIMG5791

 

 

 

 

...et l'atmosphère éthérée de l'Altiplano offre à la lumière toute sa puissance !

 

 

 

 

 

 

  La Laguna Colorada est ainsi nommée

en raison des algues et du plancton qui l'habitent.

  CIMG5749

 

CIMG5765CIMG5748

 

 

Sans le vent qui brasse ces petits organismes, l'eau resterait transparente...

 

 

Surplombée par le Licancabur (6000 m), la Laguna Verde quant à elle doit sa couleur à la présence de calcium et de cuivre dans ses eaux. CIMG5811

  CIMG5644

 

 

Bien sûr nous n'aurions pas pu voir toutes ces merveilles sans 100 litres de gasoil, un 4x4 bien rempli (nous étions avec deux Belges, une Hollandaise et un Israëlien), et Federico notre guide-chauffeur, très patient.

 

 

 

 

Ce sont le fer, le cuivre, le soufre et le manganèse

qui donnent aux montagnes leurs couleurs stupéfiantes.

  CIMG5703

CIMG5827Un petit clin d'oeil s'impose ici à Shula, à qui nous n'avons cessé de penser au cours de ces trois jours...

 

Un peintre tout comme un photographe dans ces contrées pourraît facilement perdre la tête... CIMG5808

 

 

 

 

 

 

 

D'ailleurs toute une partie de ce désert porte le nom de Salvador Dalí pour l'étrange ressemblance des couleurs de certains de ces tableaux (Vestiges ataviques après la pluie, 1934 ; Persistance de la mémoire, 1931 entre autres) avec les paysages bien réels.

 

 

 CIMG5802

 

Tout aussi réelles étaient ces vigognes qui nous épiaient, bien cachées parfois, le long du parcours.

  CIMG5803

Ces camélidés, totalement sauvages contrairement au llama, se nourrissent de minuscules touffes d'herbe et peuvent se passer d'eau pendant plusieurs jours.

  

 

CIMG5779Au lieu-dit "Sol de Mañana", des geysers transpercent le sol et forment d'étranges marmites aux bouillons de fer, de soufre, d'argile, etc.

CIMG5773

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Cette vapeur à 150º C devrait permettre de produire de l'électricité.

 

Une autre ressource locale est la quinoa, céréale de l'Altiplano nécessitant très peu d'eau, mais dont malheureusement le prix en Bolivie est dix fois celui du riz, en raison d'une trop grosse demande à l'étranger.

  CIMG5924

 

CIMG5724Au détour de montagnes, des forêts de roche volcanique CIMG5882découpaient l'horizon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À Tomaslaca les nativos en ont fait par le passé un cimetière pour leurs momies.

  CIMG5893

CIMG5898

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  L'émotion était à son comble à l'idée que nous atteignions ici le point le plus au Sud de tout notre voyage.

  CIMG5919

Publié dans Bolivia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> Des photos de plus en plus belles, du rêve plein les mirettes, des couleurs fascinantes. Continuez comme çà ! vous nous émerveillez chaque fois davantage.<br /> <br /> Bises à vous deux.<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> <br /> Vivement qu'on vienne en discuter à Nice avec vous ! Bises<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> Magnifique ! Ces photos sont vraiment splendides, et c'est un plaisir de vous sentir si heureux.<br /> Quel beau voyage !!<br /> Plein de bises les poulous.<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> Cessez de mettre ma femme en apnée !!!<br /> De mieux en mieux les photos. Il est vrai ! Chapeau !<br /> Bises<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Si je peux me permettre : très bon anniversaire, Nanda !<br /> Et pour Norita y Julito : ce reportage est à couper le souffle ! Catherine<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> Et bien sûr, un très grand feliz cumpleaños à Mamita Nanda ! Puissent ces jolies photos l'inspirer pour de nouveaux tableaux. On fête ça dans un peu plus d'un mois... Pokoú bras, julo y Nora<br /> <br /> <br />
Répondre